Observations sur le marché Suisse en 2020


Cette année a été épique à bien des égards, mais pour ceux qui travaillent dans le secteur de l'immobilier, c’est une année qui a connu de nombreux rebondissements.

L'année 2020 a été une année sans précédent dans le monde entier et la Suisse ne fait pas exception.

Après avoir traversé la première vague pandémique sans grandes séquelles, le nombre de nouveaux cas quotidiens est actuellement élevé en Suisse et le gouvernement a mis en place des mesures strictes à l’échelle nationale au cours du dernier trimestre de l'année.

Le marché de l’immobilier

Mais cela n’a pas été si mauvais pour le marché de l’immobilier cette année. Les statistiques officielles montrent que les prix des logements sont restés globalement stables même si quelques différences existent entre les marchés sectoriels et géographiques.

La banque privée Edmond de Rothschild s’attend à ce que le marché suisse montre une augmentation de volume l’année prochaine mais elle admet que les prix pourraient baisser.

Les nouvelles constructions se sont retrouvées essentiellement dans le secteur des appartements en location plutôt que dans le secteur des résidences principales. Cela ne présage rien de bon en ce qui concerne les prix des appartements locatifs, mais la rareté des logements unifamiliaux neufs devrait contribuer à maintenir les prix des logements à un bon niveau.

Les chantiers ont été retardés par la fermeture des sites en raison de la pandémie de COVID-19 et les propriétés en résultant seront mises sur le marché d'ici le deuxième trimestre de l’année 2021, après une période d'offre relativement faible. L'augmentation soudaine du nombre de propriétés pourrait absorber une grande partie de la demande, et il ne serait pas surprenant de voir les prix baisser de manière temporaire.

Changer le comportement des consommateurs

L’un des points sur lequel les agents porteront leur attention l’année prochaine sera la superficie. Les plans deviendront très importants vu que les acheteurs, qui sont las de rester confinés dans leur logement, chercheront de plus grands espaces, des zones adaptées pour pouvoir y vivre et y travailler et des appartements, des balcons ou des jardins sur les toits.

Les acheteurs préfèreront peut-être s’éloigner des centres-villes et chercher des maisons dans les banlieues, loin des grandes villes pour s'orienter plutôt vers les petites villes, tel que cela a été le cas dans d’autres pays - cela traduit l’impact de la pandémie sur le comportement des clients.

Évolutions du marché d’un point de vue qualitatif

Tout comme dans toutes les régions d’Europe, la Suisse verra sa croissance économique chuter en 2020. Avant même la mise en place du nouveau confinement de l'hiver 2020-2021, le secrétaire d’État de l'économie prévoyait une baisse de 6,2 % du PIB. Mais à plus long terme, à partir de la fin du printemps ou du début de l'été 2021, le pays devrait connaître une reprise.

Ainsi, même si les prix de l'immobilier en Suisse ne varient que légèrement, il est probable que le marché en 2021 sera qualitativement différent par rapport à 2019.


Les acheteurs chercheront des caractéristiques différentes, dans des endroits différents…
mais à des prix similaires.

Les données concernant le marché de l'immobilier suggèrent que, s'ils peuvent se le permettre, les résidents suisses passent de la location à l'achat de bien et de l'appartement à la maison. Les loyers des appartements ont baissé de 0,6 % en novembre, tandis que les prix des locations de maisons ont augmenté de 1,7 % d’un mois sur l’autre et les prix des maisons ont augmenté de 6,7 %. (*chiffres basés sur les prix demandés, et non sur les transactions).

Prévisions

Le marché de l'immobilier restera attractif pour les investisseurs, en raison du manque d'alternatives d'investissement. Le nombre croissant de ménages simples signifie également que la population est répartie sur un nombre croissant de biens immobiliers. L'intérêt de posséder son propre logement reste élevé. Engel & Völkers prévoit une hausse modérée des prix dans le secteur des biens immobiliers individuels et des appartements francs.